[ASSOCIATION] Présentation de La Traversée

la traversee association

Avec SeConfier, nous cherchons à lutter à notre manière contre la solitude et la mal être. Des centaines d’associations travaillent déjà à cet objectif. Nous allons présenter quelques initiatives que nous avons sélectionnées. On commence aujourd’hui avec La Traversée, une association avec un centre d’accueil situé à Paris. Elisabeth, bénévole impliquée depuis 15 ans dans l’association nous présente leurs activités.

Un petit historique

La Traversée existe depuis plus de 20 ans. Elle a été créée par les actuels président et vice-président de l’association, en 1996. L’objectif initial était de proposer un lieu d’accueil pour les personnes atteintes du virus du Sida. Le lieu a évolué jusqu’à devenir un lieu d’accueil pour toutes personnes en situation de solitude et d’exclusion.

"

Une association présente depuis plus de 20 ans

Dans le centre La Traversée, situé dans le 9ème arrondissement de Paris, sont proposés des groupes de parole, des groupes centrés autour d’activités diverses, qui peuvent être couplés à un accompagnement psychologique individuel, allant de la thérapie stricte à l’aide sur la vie quotidienne.

Les séances sont soumises à une participation symbolique des bénéficiaires. Cela ne participe que très peu aux coûts liés au mi-temps salarié pour le secrétariat, c’est aussi une « façon de se responsabiliser » pour les personnes adhérentes.

Tout se déroule en présentiel, l’association a une implantation locale et un public venant de toute l’Ile de France. A peu près 50% des personnes vivent dans Paris intra-muros.

L’association suit une centaine de personnes actuellement. Le public est très varié, Elisabeth insiste « c’est dur à catégoriser on ne veut justement pas faire d’exclusion ».

Il y a certaines personnes jeunes, salariés, d’autres plus âgées, qui sont dans une exclusion sociale importante. « On fait office de famille » pour certains d’entre eux.

Les personnes suivies sont souvent très fidèles à La Traversée, restent en moyenne 3 ans avec eux, et certains sont présents depuis plus de 10 ans.

"

Un réseau établi

Beaucoup viennent sur conseil de leur thérapeute ou de leur médecin psychiatre. L’association a donc un bon réseau de soignants, qui connaissent la structure depuis longtemps. D’autres découvrent l’association par leur site internet, ou par leur paroisse, comme celle de la Trinité qui a un groupe de parole de retour à l’emploi.

Le réseau s’est construit principalement grâce aux bénévoles, qui ont des liens personnels avec d’autres associations et soignants.

La Traversée réalise assez peu de réorientation en dehors du champs de l’aide psychologique. « On aurait besoin de bénévoles et de partenaires dans le champs juridique et social » assure Elisabeth.

"

Il n’y a que des professionnels de l’accompagnement à La Traversée

Les bénévoles sont pour la plupart psychothérapeutes. Ils consacrent quelques heures bénévolement à la structure. Pour proposer un accompagnement à un public différent de celui des cabinets, mais aussi pour l’émulation qu’on trouve dans la pratique du centre. « Psychothérapeute est d’ordinaire une profession assez solitaire, c’est très enrichissant de pouvoir collaborer et échanger ici » explique Elisabeth.

Le parcours d’Elisabeth

Elisabeth est bénévole depuis 15 ans, responsable de l’accompagnent avec Christiane Bouclet, et dès le début de son implication une des bénévoles les plus présente dans le centre. « J’ai fait la même école de psychologie que le président et la vice-présidente, je les avais vus à des conférences ». Elle consacre, en parallèle de son cabinet, une grande partie de son temps au centre. Son engagement a évolué avec les années. « C’est du bénévolat, mais c’est aussi du travail, les personnes comptent sur nous ». Le volume horaire au centre peut beaucoup varier entre les bénévoles, notamment en fonction de l’animation ou non des groupes de parole.

Une recherche de financements permanente

J’ai pris un grand plaisir à échanger avec Elisabeth, on sent l’attachement fort à ce projet. Il est intéressant de voir la façon dont La Traversée arrive à recréer du lien, au delà d’un simple accompagnement thérapeutique. On reste bien entendu frustré d’entendre qu’une initiative comme celle-ci reste limité par le peu de sources de financement disponibles. Un mi-temps va bientôt être supprimé dans la structure par manque de moyens, qui reposait notamment sur la réserve parlementaire d’un sénateur, bientôt supprimée par la réforme « pour la confiance dans la vie politique ».

Vous pouvez retrouver toutes les informations de l’association sur son site internet, disponible à http://www.la-traversee.org/.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *