[Ecoutant] Présentation de Gaël

gael écoutant

Ecrire, ça permet de transmettre des idées mais aussi de se libérer

Raconter son histoire, en plus d’apporter de la transparence, cela permet de se libérer, de prendre du recul. Alors me voilà devant mon clavier. J’ai envie de vous apporter de la transparence, c’est sans doute le premier pas vers la confiance. Mais le premier pas n’est jamais simple à faire n’est-ce pas ? Regardez le temps que met un enfant à apprendre à marcher. Combien de temps cela prend d’arriver à se lancer, déclarer sa flamme. Lors d’un discours, le mot le plus compliqué à prononcer est toujours le premier. C’est toujours très difficile d’engager quelque chose de nouveau.

Mais j’ai eu la chance d’étudier « Le Monde des Passions » en classe préparatoire, et je suis convaincu que s’exprimer contribue à une catharsis des passions. Parler, ça aide à se débarrasser de ce qui est négatif. C’est nécessaire. Essayons alors d’oublier cette permanente appréhension de la relation avec l’autre, de la peur du jugement pour discuter.

 

Diplôme de l’amitié

Je suis né le 5 Décembre 1996 dans les Yvelines, avant de vivre à Cergy (dans le Val d’Oise) jusqu’à mon entrée en CM1. Là, j’ai déménagé en Franche-Comté, jute à côté de Besançon. Des premiers adieux envers mes amis, pas simple, mais j’en garde tout de même de bons souvenirs, et un fameux « Diplôme de l’amitié », que l’on m’avait offert, et qui est toujours dans le tiroir de mon bureau.

Je passe donc les classes une par une, sans problèmes notables, mais ce n’est pas pour autant que j’ai apprécié ma scolarité. L’école ne me plaisait pas, j’avais une bonne bande d’amis, mais j’avais toujours peur de parler aux gens, d’un naturel très timide. Mon grand moment de repos, c’était de rentrer chez moi, de m’installer sur l’ordinateur et de jouer en ligne avec des gens que je ne connaissais pas, mais que j’ai vite appris à connaître.

Arrivé au lycée, je me sépare de mes amis, pour m’en faire des nouveaux. Très sympathiques, je m’amusais énormément avec eux. Ils sont encore aujourd’hui mes amis. Je continue cependant de m’isoler dans le jeu, en jouant toujours avec les personnes que j’avais rencontré en ligne précédemment. Je termine mon lycée, j’obtiens mon BAC sans grand effort, et j’entre en classe prépa, comme l’avait fait mon grand frère, mes parents et mon grand-père avant moi. Cela semblait être une tradition, je n’ai pas beaucoup réfléchi.

 

Le choc

A ce moment-là, j’arrête les jeux vidéo, je vois moins mes anciens amis, virtuels ou réels. Je m’enferme dans une montagne de travail. Une détonation m’en fait alors sortir. Un ami virtuel, avec qui j’avais passé plus de 6 ans à jouer, avec qui j’avais passé des dizaines de nuits blanches, s’est suicidé. Et je n’avais pas su m’en apercevoir, et encore moins su l’aider. Je m’étais laissé submergé par autre chose, et j’en avais perdu de vue la chose la précieuse : la vie.

Ces moments ont été très durs. Je n’ai pas osé en parler à qui que ce soit, j’ai juste vécu avec cela, en me disant que cela passerait. M’apercevant qu’il n’était pas si facile que ça de me débarrasser d’une idée sombre, j’en ai parlé avec des amis sur Internet. Cela m’a beaucoup aidé à ce moment-là, même si je ne m’en suis pas instantanément rendu compte. Même aujourd’hui j’ai du mal à en parler. J’ai l’impression que j’en ai honte, ça semble stupide n’est-ce pas ?

 

Réaction

Je me suis alors juré que cela ne se reproduirait plus, et que je devais pouvoir aider chacun. Mais comment faire ? J’ai alors commencé à chercher des ressources, et je suis tombé sur un site, qui correspondait à ce que je cherchais. Internet c’est mon domaine, aider les gens c’est ce que je veux faire. J’ai alors commencé à écouter sur https://www.reddit.com/r/SuicideWatch/ . J’ai beaucoup écouté, des centaines, voire des milliers de personnes distinctes. J’étais en permanence abasourdi par la singularité de chaque personne. Chacune possède son histoire propre, une relation différente aux événements, une facilité d’expression différente. Ecouter tout cela, ça m’aide beaucoup, et j’espère que ça aide ces personnes aussi.

Je fini donc ma prépa en deux ans, et j’intègre les Mines. Je passe beaucoup de temps sur Facebook, et j’aperçois alors un ami Centralien qui aime la page « Se Confier ». De nom, cela semblait m’intéresser.  Un bref tour sur le site me convainc de me proposer en tant qu’écoutant.

 

Je suis donc là, écoutant.

Vous avez pu observer l’élément déclencheur, mon évolution dans l’écoute. Cependant, il est possible que vous vous demandiez pourquoi, encore aujourd’hui, j’écoute. C’est assez simple à exprimer, plus dur à comprendre. J’aime ça. Donner du sens à ses actions, j’ai l’impression que c’est une voie vers la vie. Entendre l’histoire de chacun, l’apprécier, c’est s’ouvrir au monde, c’est se rendre compte de la diversité des individus. Chacun à une vie différente, l’appréhende de manière différente, mais chacun mérite le bonheur et la paix intérieure.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *