Dépression : quels sont les principaux symptômes ?

En un mot, la dépression se caractérise par un ralentissement du corps et de l’esprit. C’est un état de souffrance qui dure, chaque jour, presque toute la journée. De nombreux indices peuvent mettre sur la piste : changement d’humeur, d’habitudes, du physique… Tour d’horizon des symptômes les plus courants.

 

Les symptômes psychologiques de la dépression

Parfois difficiles à déceler, de simples petits changements de comportement peuvent mener sur la piste. Une personne en dépression a tendance à être triste en permanence, sans vraiment savoir pourquoi. Incapable de mettre le doigt sur ce qui ne va pas, elle se désintéresse peu à peu de tout ce qu’elle appréciait auparavant. Elle met par exemple ses loisirs, activités et passions en pause, sans raison particulière.

 

Anxiété et dévalorisation

Cette tristesse permanente va souvent de pair avec une importante anxiété et s’accompagne parfois d’une dévalorisation constante. La personne a l’impression que si rien de bien n’arrive, c’est parce qu’elle n’est pas à la hauteur. Une culpabilité injustifiée et envahissante qui corrompt toute action entreprise par le dépressif. Celui-ci se renferme souvent sur lui-même et se sent inutile.

 

Faire la distinction entre une tristesse « normale » et le symptôme d’une dépression

Il arrive évidemment à chacun d’entre nous d’avoir ce genre de pensée ! Mais après avoir trouvé du réconfort chez nos proches ou réfléchi à comment rebondir, on reprend rapidement du poil de la bête. Chez les personnes dépressives, ce n’est pas du tout le cas. Cet état de tristesse est envahissant et poursuit le dépressif toute la journée. Il se réveille avec ces pensées, mange avec elles, se couche avec elles. Celles-ci sont souvent en lien avec la mort, voire même avec le suicide. Le seul moyen pour une personne dépressive d’échapper à ses idées noires sont un traitement adapté (thérapie, antidépresseurs…).

 

Les symptômes physiques

Ce sont ceux qui peuvent mettre le plus facilement la puce à l’oreille. Le plus facile à remarquer est la variation du poids. Il s’agit généralement d’un amaigrissement notable suite à une perte de l’appétit, mais cela peut également être l’inverse. En effet, certains dépressifs prennent beaucoup de poids, victimes de grosse fringales inopinées.

 

Troubles du sommeil et fatigue intense

Chez les personnes dépressives, le sommeil est souvent perturbé. Que cela se manifeste par d’incessantes insomnies ou, au contraire, de très longues nuits, le sommeil n’est pas de bonne qualité, peu profond et beaucoup moins réparateur. Ces troubles s’accompagnent généralement d’une fatigue intense, sans raison apparente. Le dépressif n’a plus la force de faire quoi que ce soit et cela va souvent de pair avec une baisse de la libido.

 

Douleurs réelles et ralentissement psychomoteur

Il arrive aussi que la personne dépressive développe de réelles douleurs somatiques : maux de têtes, troubles digestifs, douleurs aux articulations… A cela peut s’ajouter un ralentissement général des gestes ou de la parole. Le dépressif se sent en décalage avec ceux qui l’entourent et présente souvent des pertes de mémoires ou une difficulté à se concentrer.

 

Chez les jeunes notamment, la dépression va souvent de pair avec l’addiction. Alcool, cannabis, drogues dures… La dépendance à ces psychotropes est parfois signe d’un malaise global. Le dépressif peut se servir de ces substances pour sortir de lui-même et masquer son mal-être.

Evidemment, tous les jeunes qui en consomment ne sont pas dépressifs ! Il s’agit simplement d’un symptôme supplémentaire pour reconnaître une dépression.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *